subscribe: Posts | Comments

Interview de Kiahetela, membre du jury et co-organisateur des Plumes en Herbe 2011

0 comments

Interview pour Plumes en Herbe 2011

 

Pour cette deuxième édition du concours Plumes en herbe, le jury est composé de différentes personnes, certains sont des auteurs, d’autres des lecteurs, d’autres encore des journalistes. Nous sommes heureux de vous faire découvrir un peu plus en profondeur les membres de ce jury avec l’interview de Kiahetela, aussi connu paraît-il sous le nom de Lilian Bézard, co-organisateur de cette deuxième édition.

 

ForgeSonges : Salut Lilian. Tout d’abord peux-tu te présenter ? Nous présenter ton parcours ludique et littéraire?

Lilian : Au collège, je m’ennuyais ferme. La récré d’avant la cantine était une torture russe où le temps ne passait pas. Assis sur les marches des préfas, j’ai rencontré un gars qui m’a proposé un jeu que je ne connaissais pas. Je l’ai essayé. Il s’agissait de AD&D 2e édition. Je ne m’en suis jamais remis. Dès lors, j’ai plaqué mon Atari ST, j’ai tout juste joué sur PC, presque jamais sur console, j’ai réservé mon temps libre au jeu de rôle, je me suis même essayé à la masteurisation, sans conviction (je suis un mauvais maître, peu importe le jeu…).

Les années ont passé, puis, de chroniqueur de nos parties, j’ai fait le pas qui m’a amené à auteur débutant (il y a dix ans).

Depuis, j’ai beaucoup lu, beaucoup écrit, beaucoup corrigé, beaucoup jeté.

 

F.S. : Quel type de littérature préfères-tu lire ?

Lilian : Des livres comme American Psycho ou Trainspotting ou même Fight club ; tous ces romans qui remuent, qui vibrent, qui te font sentir vivant ! Les spécialistes les classent dans la littérature blanche ; je dois dire que je m’en fous. Ce que j’aime lire, ce sont les livres qui te prennent, qui ne te lâchent plus, ceux qui te font louper ta station de métro, qui te font oublier d’aller chercher tes enfants à l’école, qui te font oublier de manger, de dormir, de vivre.

 

F.S. : Quelles sont les œuvres qui t’ont le plus marquées ?

Lilian : Ces derniers temps, quelques livres m’ont vraiment impressionnés :

- World War Z de Brooks (une intelligence dans le traitement d’une guerre contre les zombies que je n’avais jamais vue),

- La planète des singes de Bulle (un texte daté mais construit d’une manière incroyable, et avec une densité folle !),

- La route de Mc Carthy

- Dans le scriptorium de Auster,

- Barjavel (La fin du tigre qui est incroyable et Ravage qui est intéressant)

et des auteurs du type : Poppy Z Brite, Irvine Welsh, Chuck Palahniuk, Bukowski, Bret Easton Ellis.

 

FS : Le sujet de cette seconde édition est typé SF. Pour toi, qu’est-ce que la SF ? Quels sont les composants indispensables d’un texte SF ?

Lilian :

<considération purement subjective>

La sf, c’est notre monde transposé dans un contexte futuriste.

</considération purement subjective>

J’attends donc d’y trouver des questions qui nous turlupinent, des sujets qui nous interpellent et un traitement original grâce au changement de contexte.

Les ingrédients indispensables pour moi seraient donc ce contexte futuriste, légèrement différent, et ce thème qui rend le texte intéressant. C’est ce que l’on trouve dans La planète des singes.

Je m’attends aussi à rencontrer des personnages profonds, motivés, charismatiques, dans lesquels je peux m’identifier (comme dans La route).

 

FS : Qu’as-tu dans tes cartons ? Quels sont tes projets ?

Lilian : Dans mes cartons j’ai :

- des livres ! J’ai une readinglist longue comme une ligne de RER.

- mes tapuscrits ! Je participe toujours à des appels à texte et à des concours. Mes prochains défis seront vraisemblablement le concours skyprod, l’appel à texte de la Madolière. Parallèlement, j’ai écris un roman qui est en cours de correction, et qui sera bientôt envoyé aux maisons d’édition ; j’en ai un autre à corriger, et deux ou trois à autres à écrire et un recueil de nouvelles sur des loups garous… En un mot, je vais continuer à travailler pour devenir un auteur pro.

- des tapuscrits d’autres auteurs ! Quand je peux filer un coup de main à un auteur, je fonce. Je souhaite passer des levels dans la compétence « Relecture » et aider ceux qui en ont besoin (un auteur à toujours besoin de relecteurs !).

- un peu de bordel. J’ai des projets qui trainent, mais rien de bien avancé pour le moment (un magasine, un atelier d’écriture, devenir le roi de la pizza pour conquérir le monde etc). C’est que la vraie vie, ça prend du temps aussi ;)

- d’autres éditions du concours si la Force est avec nous J

 

FS : Venons en maintenant au concours : comment t’es tu retrouvé embarqué dans cette aventure ?

Lilian : Tout se résume en deux mots : montagne et football.

Montagne : je partais en vacances dans les montagnes et j’avais emporté différents appels à textes et concours d’écriture. Parmi les sujets, un m’a séduit tout de suite. Il était intitulé : « De la chair à l’acier ». J’ai participé. J’ai perdu. Mais j’ai eu de bons contacts avec l’organisateur du concours. J’ai avais gardé un très bon souvenir de cette expérience.

Football : l’été dernier, en jouant au foot, je me suis blessé. Résultat : deux mois d’arrêt (oui, quand je me blesse, je ne fais pas semblantJ). Je passais donc mes journées à glandouiller sur le net. Sur le forum de Forgesonges, j’ai vu que pour organiser cette deuxième édition, l’association avait besoin d’un coup de main. Comme mes mains allaient bien, je me suis proposé. Et voilà.

 

FS : Tu es aussi membre du jury, en quoi est-ce intéressant ?

Lilian : Ca m’a permis de voir comment s’organise un concours d’écriture (rencontre avec les éditeurs, composition du jury, interview, discussion etc). C’était vraiment passionnant.

Ca permet également de découvrir de jeunes auteurs. Et certains sont vraiment bons. D’autres sont encore un peu jeunes, mais on sent déjà un potentiel en eux.

 

FS : En tant que membre du jury du concours, qu’attends-tu des nouvelles ? Quels sont tes espoirs ?

Lilian : J’attends des textes typés ! J’espère rencontrer des auteurs qui m’emmèneront dans leur univers mental (un peu comme dans ces concours de chants pour la téléréalité, « emmenez-moi dans votre sensibilité »). N’hésitez pas à torturez le sujet pour qu’il vous colle à la peau. Battez-vous avec lui. Ne le laissez pas vous emportez.

Rien n’est pire qu’un texte fade écrit pour plaire au jury.

 

FS : Quels conseils d’écriture donnerais-tu aux participants ?

Lilian : Ce genre de concours offre la possibilité aux auteurs de tester leurs univers, leurs personnages et leurs styles. N’hésitez pas à sortir des sentiers battus : un texte en « Tu » ; foncez ! Un texte en « Ils » ; foncez ! Envie de ne donner aucune description, que des dialogues ; foncez ! Soyez juste cohérents sur votre univers, sincère dans vos personnages et ça devrait marcher.

Soyez sincère !

Attention toutefois au jargon : la sf n’impose pas le recourt à des termes obscurs. Je dirai même plus, le jargon nuit à la narration. Le lecteur s’en fout que le Krux prenne le Semx pour atteindre le Vertak qui est en Kelnouril… M’voyez…

 

FS : le mot de la fin, si tu as quelque chose à ajouter, libre à toi…

Lilian : Eclatez-vous ! Comme on entend quelqu’un sourire au téléphone, on sent le sourire de l’auteur derrière un texte.

 

Leave a Reply